skip to Main Content

De l’AOC à l’AOP

L’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) se prévaut, en France, d’une histoire de près de cent ans. Elle a été créée en 1936 par l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO). Mais, depuis quelques années, l’AOC subit une concurrence sérieuse à cause de l’homogénéisation croissante du marché intérieur de l’Union européenne. Aujourd’hui, l’appellation la plus élevée en France s’appelle AOP.

Protection du consommateur

Comment savoir si la bouteille de vin que j’ai découverte par hasard au supermarché provient vraiment de la région indiquée et si elle est bel est bien produite là-bas ? Pour connaître ces informations, il suffit de regarder l’étiquette : si on y trouve une appellation d’origine contrôlée comme par exemple l’AOP, la pertinence des informations est garantie. 

Le développement historique des appellations d’origine contrôlée a eu lieu tout au long du XXème siècle dans un cadre national. La France fait partie des pionniers de la création de lois et d’institutions qui contrôlent non seulement l’origine et la production de vins mais aussi d’autres aliments. 

Logo de l’INAO, ©NohamINAO

La création de l’AOC

En France, la création d’une appellation contrôlée a pris naissance au commencement du XXème siècle. Par deux lois de 1905 et de 1919, on essaya déjà de règlementer l’origine des vins. Mais c’est seulement avec la création de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) en 1935 qu’apparut une institution nationale possédant des compétences administratives, juridiques et financières. Une année plus tard, l’INAO créa l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) et, depuis lors, elle régla l’attribution des droits AOC à l’échelle nationale. 

Le Baron Le Roy, personnalité brillante, contribua essentiellement à la création de l’INAO et de l’AOC. Pilote d’avion de première force durant la Première Guerre mondiale, il acquit après la guerre un domaine renommé à Châteauneuf-du-Pape dans la vallée du Rhône. Il obtint une décision judiciaire en 1933 qui est à l’origine de la création de l’Appellation Châteauneuf-du-Pape, ce vin chargé d’histoire. Deux ans plus tard, le Baron Le Roy fut cofondateur de l’INAO, dont il sera le président de 1947 à 1967. 

L’INAO définit jusqu’à aujourd’hui non seulement les frontières géographiques des régions viticoles classées mais établit aussi des règles relatives aux cépages, aux quantités récoltées, ainsi qu’à la vinification. À partir de l’après-guerre, ce modèle français fut copié par de nombreux pays d’Europe comme la Denominazione d’Origine Protetta (DOP) en Italie ou encore l’appellation Districtus Austriae Controllatus (DAC) en Autriche. 

Le baron Pierre Le Roy lors d’une dégustation.

L’UE introduit l’AOP

Avec la standardisation croissante au sein de l’Union européenne, l’organisation commune du marché vitivinicole entra en fonction en 2009. Par ce biais, les classifications de protection au sein de l’Union européenne furent homogénéisées et l’Appellation d’Origine Protégée (AOP) fut créée. Jusqu’en 2014, les vins françaises pouvaient porter l’AOC parallèlement à l’AOP. Depuis 2014, l’AOP est le sigle de protection le plus élevé en France.

Mais l’ère de l’AOC, qui commença en France dans l’entre-deux-guerre, ne s’est pas encore terminée. À côté de l’AOP, l’INAO attribue encore l’appellation AOC qui marque une étape vers l’AOP ou qui protège certains produits qui ne sont pas réglementés à l’échelle européenne.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top